Les Porcelaines « Lessepsiennes »


Depuis l'ouverture du Canal de Suez en 1869, une migration d'animaux marins de la mer rouge vers la méditerranée (plus rarement dans l'autre sens) s'est produit à travers le Canal de Suez. À ce jour, plus de 300 espèces normalement typiques de la mer Rouge ont été identifiées en mer Méditerranée et il y en a probablement beaucoup d'autres encore non identifiés. Les coquillages participent, eux aussi, à cette migration. Ces espèces sont qualifiées de « Lessepsienne » du nom de l'ingénieur-concepteur du canal, Ferdinand de Lesseps.

Les Porcelaines ont profité, elles aussi, de ce passage vers la Méditerranée. C'est le cas de la Cypraea Turdus (Lamarck 1810) implantée durablement depuis plusieurs années dans le Golf de Gabès et notamment à Djerba, en Tunisie (lire art. dans Xenophora n°105). D'après plusieurs articles sur Internet, il semblerait qu'elle se soit également installée sur les cotes Libyennes et qu'elle remonterait vers la Sicile. Elle est nommée depuis Cypraea Turdus Micheloi (Chiapponi 2009).


Je n'arrive pas à trouver une liste exhaustive des Cypraea ayant migrées en Méditerranée. Dans certains articles, on peut noter la présence de la Cypraea Annulus en Libye, au large de Tripoli, et la Cypraea Gracilis des cotes Israéliennes à la Turquie. Félix Lorenz indique dans son ouvrage « The Guide to Worldwide Cowries » volume 1 que les Cypraea Caurica et Vitellus se sont introduites en Méditerranée.

Pour ma part, je me souviens d'avoir ramassé dans le port de Beyrouth une Cypraea Grayana morte en 1983. A l'époque, je n'ai pas prêté attention à cette trouvaille. Il est fort probable que la liste des Cypraea « Lessepsiennes » soit plus importante qu'elle ne l'est actuellement. Si l'on regarde vers le détroit de Gibraltar, les Porcelaines méditerranéennes, Achatidae, Pyrum, Spurca et Lurida, se retrouvent également sur la cote atlantique. Il est vrai que le passage entre les deux mers est une ouverture naturelle.

A quand la Cypraea Tigris dans la rade de Toulon ?